15 août 2013

Silences II / Silencios II


Une dame très cultivée, mélomane et poétesse, Tutú García Sidón est galicienne et vit actuellement à La Coruña.
Un prénom étrange Tutú? Oui, dit-elle, en riant, que voulez-vous, quand on s'appelle “Esclavitud”... (c'était le nom de sa grand-mère)
Sa poésie est généralement agréable et très simple ;  j'ai sélectionné cette “nana” (berceuse) pour ses quatre premiers vers.
Et aussi en souvenir de lointaines mais innombrables, inoubliables, nuits blanches à bercer mes enfants, à leur chantonner sur un ton de plus en plus énervé, épuisé...

Berthe Morisot

Una señora muy culta, melómana y poetisa, Tutú García Sidón es gallega y vive en A Coruña.
¿Un nombre extraño Tutú? Sí, dice riéndose, qué quiere cuando una se llama Esclavitud... (era el nombre de su abuela).
Su poesía es generalmente agradable y muy  simple; he seleccionado esta nana por sus cuatro primeros versos. 
Y también en recuerdo de lejanas pero innumerables, inolvidables, noches en vela meciendo a mis hijos, canturreándoles en un tono cada vez más nervioso, agotado...

Le silence se déchaussa

Le silence se déchaussa
et passa sur la pointe des pieds
très doucement, doucement
pour ne pas l'éveiller.
Mon enfant dort
dans son berceau d'argent,
posé et tranquille
entre des draps blancs.

La lune caresse
son petit visage rose,
les orangers en fleur
parfument la pièce.
Dors, ma vie,
un ange veille sur toi;
Dors et ne t'éveille pas
jusqu'à ce que pointe l'aube.
(Trad: Colo)

Se descalzó el silencio 
 Tutú García Sidón
 
Se descalzó el silencio
y pasó de puntillas
muy quedito, quedito
para no despertarle.
Es que duerme mi niño
en su cuna de plata,
reposado y tranquilo
entre sábanas blancas.

Le acaricia la luna
su carita rosada,
los naranjos en flor
le perfuman la estancia.
Duérmete, vida mía,
que te vela tu ángel;
Duerme y no te despiertes
hasta que se asome el alba.

Je suppose que beaucoup de berceuses parlent d'anges, mais la sachant mélomane, comment ne pas faire le lien avec ce poème de Lamartine, transposé en opéra dans cet air si connu: “ Berceuse de Jocelyn”?

Supongo que muchas nanas hablan de ángeles, pero sabiendo que es melómana, ¿cómo no pensar en el poema de Lamartine traspuesto en ópera por Godard en este refrán tan conocido?

Tant de sopranos et ténors l'ont chanté..que choisir? La version qui m'a le plus émue est celle de Summer Watson.
Lo han cantando multitud de sopranos, tenores...¿cuál elegir? La versión que más me emocionó es la de Summer Watson.


Berceuse de Jocelyn

Poème de Lamartine et opéra de Benjamin Godard




    
Oh ne t'éveille pas encor
Pour qu'un bel ange de ton rêve
En déroulant son long fil d'or,
Enfant, permette qu'il s'achève.
Dors, dors, le jour à peine a lui.
Vierge Sainte, veillez sur lui.

Sous l'aile du Seigneur loin du bruit de la foule
Et comme un flot sacré qui doucement s'écoule
Nous avons vu les jours passer après les jours
Sans jamais nous lasser d'implorer son secours.


30 commentaires:

  1. J'aime beaucoup l'image du silence qui se déchausse pour ne pas réveiller l'enfant dans son berceau...
    Je ne connais pas cette poétesse, merci de me la faire découvrir !
    Le poème de Lamartine est quand même autre chose que "l'enfant do dormira bientôt" mais...
    Bonne soirée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment imaginer la pointe des pieds du silence?
      Beau weekend à toi, un beso.

      Supprimer
  2. Ah les nuits blanches où on n'aspire qu'à une chose: le silence. J'ai connu aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un silence blanc, à l'aube souvent...

      Supprimer
  3. Quelle tendre berceuse à écouter dans le matin clair. La ville est encore silencieuse, le vent joue dans les feuillages. Belle journée, Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une fort jolie voix, c'est certain...le silence du matin est, pour moi aussi, irremplaçable. Beau weekend Tania, je suis encore et toujours en panne d'Internet, chez ma fille!!!!

      Supprimer
  4. - "Hello darkness my old friend
    I've come to talk with you again
    Because a vision softly creeping
    Left its seeds while I was sleeping
    And the vision that was planted in my brain
    Still remains
    Within the sound of silence
    In restless dreams I walked alone
    Narrow streets of cobblestone
    'Neath the halo of a street lamp
    I turned my collar to the cold and damp
    When my eyes were stabbed by the flash of a neon light
    That split the night
    And touched the sound of silence

    And in the naked light I saw
    Ten thousand people maybe more
    People talking without speaking
    People hearing without listening
    People writing songs that voices never share
    And no one dare
    Disturb the sound of silence

    "Fools" said I "You do not know
    Silence like a cancer grows
    Hear my words that I might teach you
    Take my arms that I might reach you"
    But my words like silent raindrops fell
    And echoed
    In the wells of silence

    And the people bowed and prayed
    To the neon god they made
    And the sign flashed out its warning
    In the words that it was forming
    And the sign said "The words of the prophets are written on subway walls
    And tenement halls"
    And whisper'd in the sounds of silence..."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merveilleux ces chuchotemets du silence, merci JEA

      Supprimer
  5. Il y a beaucoup de tendresse dans cette berceuse. Il en émane un silence contemplatif qui porte en lui tout l'amour maternel. L'endormissement d'un enfant est un moment magique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voir dormir un bébé, un enfants est, tu as raison, un merveilleux moment d'amour.

      Supprimer
  6. Divin moment avec Summer Watson.

    L'endormissement d'un enfant est aussi beau moment que celui où il s'éveille avec le sourire. J'en ai connu une toute petite, toujours souriante à la vie dès les yeux ouverts.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une superbe voix, oh oui.

      Sourires paisibles, joyeux des petits enfants.
      Bien qu'ayant des enfants de plus de trente ans, je ne crois pas que serai grand-mère, mais je garde très volontiers les bébés des autres!

      Supprimer
  7. Sans conteste je vote pour la dame !!
    Je ne connaissais pas cette version de la Berceuse de Jocelyn, la voix est superbe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que Placido Domingo l'a chantée, et puis André Dassary, et d'autres...mais c'est cette version-ci que je préfère, de loin.
      À bientôt Dominique, besos.

      Supprimer
  8. Jolies berceuses ,joli tableau, très belle voix. Mais ne m'en voulez pas si je préférerai une chanson bien claironnante qui réveillerait mon enfant endormie à jamais.
    Belle journée Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Gérard, je ne peux malheureusement que partager votre peine immense.
      Il y a 8 ans, j'ai bercé ma nièce de 20 ans malade, qui elle aussi a disparu à jamais. Que dire de plus sinon que je suis absolument désolée d'avoir éveillé en vous des souvenirs aussi cruels.
      Je vous embrasse très amicalement.

      Supprimer
    2. Merci beaucoup Colo, mais ne soyez pas désolée, au contraire. Vous faites partie des personnes qui m'ont aidé à percevoir la lumière là où je ne voyais que du noir. J'aime vos billets tout en subtilité.

      Supprimer
  9. "inoubliables, nuits blanches à bercer mes enfants, à leur chantonner sur un ton de plus en plus énervé, épuisé" :
    Ah tiens, j'ai les mêmes souvenirs..nous sommes nombreuses, je crois !
    Le poème de Tutu mérite aussi d'être mis en musique, je trouve. Merci Colo de nous le faire connaître car je m'en vais réfléchir à un air pour lui puisque personne ne l'a encore fait :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce serait fantastique, merveilleux Euterpe! Nous attendons donc...
      Beau weekend à toi.

      Supprimer
  10. "inoubliables, nuits blanches à bercer mes enfants, à leur chantonner sur un ton de plus en plus énervé, épuisé" :
    mêmes souvenirs épuisés mais tellement heureux!
    Une poésie pleine de tendresse et de douceur.J'aime le poème, le tableau et la Berceuse de Jocelyn bien sûr.
    Beau week-end!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureux, bien sûr, très même!
      Beau weekend à toi aussi, un doux soleil chez vous?

      Supprimer
  11. je berçais ma fille pendant une heure et elle dormait un quart d'heure ! ! ! Peut-être étais-je nulle en berceuse ? Je pense à une vieille chanson yiddisch magnifique pour endormir les enfants ... et le choix de Morisot illustre le poème à merveille.
    Je t'embrasse très fort
    je rajoute ici pour Gérard, ne me permettant pas de répondre avant toi sur son commentaire :
    J'ai une pensée émue pour vous, Gérard, et je vous assure de mon amitié la plus sincère. Sable
    .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Sable, je suis très touché.

      Supprimer
    2. Ah, Sable, il m'arrivait souvent de m'endormir avant eux! Mes deux enfants se suivent de 13 mois, double endormissement à réaliser chaque soir! Mauvais sommeil ta fille hihi, pas mauvaise berceuse bien sûr;-)
      Je t'embrasse aussi, bonne soirée la belle.

      Supprimer
  12. Suis pas certain moi que de confier son bébé à la Sainte Vierge soit vraiment une bonne idée. Aussi non, très beaux textes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. HOla Olivier, voici pour toi une berceuse laïque:
      Duermete niño(a)
      Duermete ya
      Que vendrá el Coco
      Te comerá

      Dors enfant
      Dors maintenant
      Sinon viendra le Coco
      Qui te mangera

      Alors, el Coco est un personnage légendaire qui est censé effrayer les enfants qui ne veulent pas dormir. Je dis "censé" car tous les petits que j'ai connus adorent cette berceuse et rient aux mots El Coco...et ne s'endorment pas du coup!
      Une belle gravure de Goya représente la scène soit-disant terrifiante: http://es.wikipedia.org/wiki/Coco_%28folclore%29

      Je t'embrasse, belle journée.

      Supprimer
  13. Bonsoir Colo

    écouter cette berceuse que je ne connaissais pas, au clair de lune, n'est-ce pas romantique?Tu as donc pratiqué les chansons de cuna, c'est ainsi que l'on dit n'est-ce pas?J'y croyais aussi beaucoup, mais mon fils avait parfois une voix puissante qui me faisait douter!
    J'aime beaucoup aussi cette découverte de la "poetisa"(un mot dont j'aime la musique). Et l'image du silence est très belle.
    Bon courage pour internet.
    Bisessssssssssss

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Maïté, oui, tu as raison, j'aime ces chansons de cuna, un genre prolifique en espagnol que j'ai appris peu à peu à travers la poésie aussi.

      J'avais fait un billet sur les nanas et Lorca: http://espacesinstants.blogspot.com.es/2010/11/une-berceuse-de-lorca-una-cancion-de.html

      En ce moment, j'ose à peine le dire de peur qu'il disparaisse à nouveau, Internet marche...

      Belle journée à toi, un beso.

      Supprimer
  14. Je ne connaissais pas cette berceuse de Lamartine, mais c'est un régal sans prix...
    Je vais bien dormir! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, j'espère que tu as passé une belle nuit Edmée!

      Supprimer