4 juil. 2012

Une chanson de mes étés / Una canción de mis veranos


L'été c'était Bautista et ses chansons, toujours les mêmes, il les connaissait par cœur. Il chantait bien et ses plus de quatre-vingt ans n'avaient pas altéré sa voix.
La chanson espagnole de toujours, des airs dansants, et soudain, ¡hop ! il faisait un petit pas de côté.
En boucle passaient “Los Panchos” que je n'appréciais que très modérément, et la merveilleuse María Dolores Pradera, une grande dame de la chanson espagnole. C'est sur l'une de ses chansons, sublime, des années '60 écrite par Mario Cavagnaro, « Le chapelet de ma mère » que nos vues divergeaient.
Histoire d'une femme abandonnée/trompée par son mari qui fait preuve d'une fierté peu commune. Je vous laisse d'abord l'écouter en suivant, si vous voulez, la traduction.

El verano era Bautista y sus canciones, siempre las mismas, se las sabía de memoria. Cantaba bien y sus más de ochenta años no habían alterado su voz.
La canción española de siempre, aires para bailar y de repente, ¡hop! daba un pasito de lado.
Enlazaba sin pausa “Los Panchos”, que me gustaban muy moderadamente con la maravillosa María Dolores Pradera. Es sobre una de sus sublime canciones, “El rosario de mi madre”, escrita en los años '60 por Mario Cavagnaro, donde nuestros puntos de vista divergían. Historia de una mujer abandonada/ engañada por su marido que demuestra una dignidad poco común.
Primero os dejo escucharla.



El rosario de mi madre / Le chapelet de ma mère
Aunque no creas tú
Como que me oye Dios
Esta será la última cita de los dos
Comprenderás que es por demás
Que te empeñes en fingir
Même si tu le crois pas
Dieu m'est témoin
Ce sera notre dernière rencontre
Tu comprendras qu'il est inutile
Que tu t'obstines à feindre

Porque el dolor de un mal amor
No es como para morir
Pero desecha ya
Mi más bella ilusión
A nadie ya en el mundo
Daré mi corazón
Car la douleur d'un mauvais amour
N'est pas mortelle
Mais détruit
Ma plus belle illusion
À personne au monde
Je ne donnerai plus mon coeur

Devuélveme mi amor
Para matarlo
Devuélveme el cariño que te di
Tú no eres quien merece conservarlo
Tú ya no vales nada para mí
Rends-moi mon amour
Pour le tuer
Rends-moi l'affection donnée
Ce n'est pas toi qui mérites de la conserver
Tu ne vaux plus rien pour moi.

Devuélveme el rosario de mi madre
Y quédate con todo lo demás
Lo tuyo te lo envío cualquier tarde
No quiero que me veas nunca más
Rends-moi le chapelet de ma mère
Et garde tout le reste
Tes biens, je te les renvoie un de ces jours
Je veux que tu ne me voies jamais plus.

.(Répétitions)
 (Trad: Colo)


« Rends-moi mon amour pour le tuer » , n'imagine-t-on pas ce vers déclamé avec emphase dans une grande tragédie classique ?

Mais c'est arrivée à ce couplet que je partais immanquablement d'un grand fou rire.
« Rends-moi le chapelet de ma mère et garde tout le reste ». Quelle dignité ! Tragiquement parfait.
Autres temps, autres mœurs.
Le coté tragique des chansons - j'imagine que chacun de vous, en votre langue, pense à l'une ou l'autre- devient-il souvent comique avec le temps ?

Devuélveme mi amor para matarlo” ¿No nos imaginamos este verso declamado con énfasis en una tragedia clásica?

Y con el siguiente verso, siempre me entraba una carcajada.
Devuélveme el rosario de mi madre y quédate con todo lo demás.” ¡Qué dignidad! Trágicamente perfecto. Otros tiempos, otras costumbres.

El lado trágico de las canciones -me imagino que cada uno, en su idioma, piensa en algunas - ¿se vuelve a menudo cómico con el tiempo?

41 commentaires:

  1. Une découverte pour ma part. Merci amie lointaine de nous faire partager tes pépites. Je pense que ça vaut son pesant d'or de l'entendre chanter "rends moi le chapelet de ma mère" je trouve le ton marrant. Biz bien cordiale

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Véb, contente de te retrouver. Ce chapelet...vestige de l'Espagne franquiste et catholique, fermée au reste du monde. Un peu kitsch.
      À bientôt, un beso.

      Supprimer
  2. Que demanderait-on qu'aujourd'hui nous soit rendu, en un ultime geste de séparation? J'adore ce chapelet de la mère qui arrive ainsi, inattendu! Pourquoi son amant est-il parti avec?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On se ferait traiter d'idiote si on ne demandait pas, au moins, la moitié du tout, non? Comme on manque de contexte, tout peut s'imaginer...
      Belle journée reposante Bacchante.

      Supprimer
  3. Jolie voix que celle de Dolores Pradera (je ne connaissais pas). Les chansons sont souvent beaucoup plus belles quand on ne les comprend pas.

    Celles des années "yéyé" n'échappent pas à la règle .
    "Allo mademoiselle maillot 3637" de Frank Alamo ,"N'avoue jamais" de Guy Mardel, "Et moi et moi" de Dutronc ,"A present tu peux t'en aller" des Surfs , "laisse moi t'aimer" de Mike Brandt , "La plage aux romantiques" de Pascal Danel ...etc, etc.. Voici un tout petit panel de ces chansons que "Salut les copains" sur Europe1 nous passait en boucle et que je trouve aujourd'hui bien comiques pour ne pas dire plus.

    Voici un lien où vous trouverez un bric à brac de ces petites "merveilles" mélangées à des chansons de Brassens , de Ferrat , de Barbara...
    http://www.clipetmusique.com/pages/scopitones-et-clips-50-60-francais/

    Il y a des chansons dont j'aurais aimé ne pas comprendre les paroles.
    Bonne journée Colo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour et merci pour le lien Gérard, je viens d'y jeter un rapide coup d'oeil..."Par amour, par pitié" de Sylvie Vartan, oh, là, là, oui.
      Quand j'ai été en âge de comprendre l'anglais, j'ai été si si déçue par tant de chansons que j'adorais...terrible constat!
      Mais revenons à María Dolores Pradera- Grande actrice et chanteuse qui a fait connaître en Espagne la chanson populaire latino américaine. Du triple CD que Bautista adorait (et moi aussi), j'ai pris cette chanson-chapelet, mais la plupart sont réellement magnifiques, comme celle-ci: http://www.youtube.com/watch?v=U22NbxoX7zI&feature=related

      La température ne dépasse pas les 30º depuis quelques jours, tout va bien ici donc.
      Belle journée à vous aussi et encore merci.

      Supprimer
  4. Je ne connaissais pas celle-ci
    Lorsque je passais mes vacances à Peniscola dans les années 75à 80 je me souviens de Polo Margariteño.
    Maria Dolores Pradera me fait penser à Michèle Morgan en France
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi je ne connaissais pas Polo Margariteño chanté par elle, superbe, merci et belle journée à toi aussi.

      Supprimer
  5. Magnifique chanson en effet que cette "fleur de cannelle" . Merci de m'avoir fait connaître cette chanteuse à la voix d'or accompagnée par une guitare qui ne l'est pas moins ...Envoûtant !
    Ici c'est grisonnant, pas plus de 20°, quelques rayons de soleil venus sans aucun doute tout droit de chez vous. C'est gentil de nous en avoir laissé un bout!
    A bientôt Colo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir et je peux vous envoyer régulièrement quelques degrés aussi, je supporte mal la grosse chaleur...

      Supprimer
  6. Il y a de la fierté dans cette chanson, un rien de hauteur et de dignité :-) on imagine cela chanté par un bel hidalgo qui d'un seul coup s'énerve et réclame son dû

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, ceux-là, on les laisse s'énerver! :-))
      Surtout restons dignes.
      Belle semaine Dominique.

      Supprimer
  7. Merveilleux et combien original ! On entend plus guère la voix des femmes abandonnées par leur mari dans les chansons d'aujourd'hui ! Moi j'aime beaucoup l'histoire du chapelet maternelle. D'abord parce que Hypathie, qui a aussi participé au tag, a également publié une photo de chapelet (mais pour dire aux ecclésiastiques d'enlever leur rosaire de nos ovaires) ce qui passe à mes yeux pour une coïncidence assez intéressante, et parce que le chapelet maternel cela représente les croyances maternelles. C'est comme s'il symbolisait l'amour. L'amour c'est l'amour et l'univers (les croyances) de sa mère, celui qu'elle nous a instillé avec son lait.
    C'est finalement cela que l'on offre à l'être aimé, et c'est pour cela qu'il doit le rendre quand il part.
    Car parfois le mari emporte le meilleur de l'autre après l'avoir abandonné(e). Il fait passer pour siennes des choses qu'il a reçues de son ancienne femme.
    Bref, j'espère que ce n'est pas tiré par les cheveux ce que je raconte.
    En tout cas merci pour ce superbe choix !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le chapelet maternel est sûrement le bien le plus précieux que cette femme possédait.
      Qu'elle l'ait donné en gage d'amour me semble une excellente explication. Et qu'il le lui rende un impératif donc!
      Contente que ce choix t'ai plu, à bientôt.

      Supprimer
  8. Je ne parviens plus à voir les vidéos. Il va falloir que je vérifie mon système. Autres temps, autres mœurs. C'est vrai que les paroles prêtent à rire mais c'était l'esprit de l'époque, celui que l'on retrouve également dans les films. Aujourd'hui, chacun.e chacune reprend ses meubles. Sans doute, au fond du tiroir, quelque chapelet ou gourmette...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, les personnes âgées ont encore chacune leur chapelet ici, comme un trésor. Et si Bautista ne voyait pas du tout ce qui me faisait rire, moi je le comprenais fort bien...
      Oui, arrange ça, tu entendras sa belle voix.
      Belle journée Danièle.

      Supprimer
  9. C'est vrai que les paroles sont désuètes, anachroniques… De nos jours les jeunes demanderaient que leur soient rendus la carte de fidélité pour la fnac, la console PlayStation ou la carte d'abonnement au Vélib…

    Ce chapelet en tant qu'objet est très beau.

    Colo, le visage en haut à droite est-ce ton portrait ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    2. Aïe Obni, je ne fais que des bêtises...je disais donc:

      Oui, fort joli; c'est un chapelet en pierres semi-précieuses trouvé sur la toile...

      Et non, ce n'est pas du tout moi! C'est María Dolores. Il me semblait que sur la vidéo elle n'était pas favorisée, alors cette photo d'elle, plus âgée, où je la trouve fort belle. Elle vit toujours mais a 88 ans maintenant.

      Belle fin de journée.

      Supprimer
    3. Tu as rajouté son nom au dessous de l'image après mon commentaire ou c'est moi qui suis dans la lune à poser une telle question ? :)

      Supprimer
    4. Tu as toute ta tête, ne t'en fais pas! -:))
      Suite à ta question et à un commentaire sur le billet précédent, j'ai rajouté le nom.

      Supprimer
  10. Hola, je découvre ton blog avec plaisir.
    J'adore j'adore Maria Dolores Pradera, je l'ai découverte quand je vivais à Madrid dans les années 90. Mon côté "tragique" et hispanisant accepte le rosaire etc... ;-)
    J'adore tout en cette femme :-)!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hola y bienvenida Mahie. Une personnalité très attachante, à la fois gaie et tragique...une comédienne parfaite, non?

      Supprimer
  11. C'est surtout ton grand fou-rire qui me fait rire !
    Très belle voix, je prends tout : le billet et les commentaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, une sorte de boulimie donc? :-))
      Tant qu'on arrive à voir le côté, même minuscule, comique des situations, on est sauvés...
      Envoie-moi quelques gouttes de pluie, premiers incendies hier sur mon île.

      Supprimer
  12. Une Médée espagnole... mais quand même plus tendre que Médée. Elle a laissé vivre les enfants. Je la crois plus noble encore si elle ne s'en prenait pas à cet amour avorté. Pourquoi tuer l'amour déjà mort ? Au nom (du plaisir) de la vengeance ? Et me voilà de retour, peut-être plus de rides sur le visage mais encore le même. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ren! Si je m'attendais à te retrouver un jour! Ça me fait bien plaisir...des rides? preuve qu'on est vivant.

      Si l'amour pouvait mourir simultanément pour les deux, ah, ça, la face du monde changerait. Tu imagines le nombre de films, chansons, romans, pièces de théâtre etc...qui n'existeraient pas?
      Je vois que tu as repris ton blog aussi; je pars te lire dès que possible. À bientôt.

      Supprimer
  13. Ma mère qui avait des origines espagnoles était aussi très attachée à son chapelet...
    Il me semble que dans pareille situation elle aurait réagi de cette façon :-)
    Je suis trop fière pour me battre pour de l'argent ( mais ... je garde le chien!).
    Non, je rigole :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avoue que "Rends-moi le chien de mère" est plus prosaïque, moins élégant! :-)

      La fierté des femmes m'a beaucoup frappée en arrivant en Espagne il y a des lunes.
      Excellent WE Marcelle.

      Supprimer
  14. Oui, que de souvenirs María-Dolores Pradera et quelle voix peu commune, touchante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand je réécoute ses chansons aux rythmes et sujets si variés, quand on la voit les chanter, parfois gaie et légère d'autres en grande tragédienne, comment ne pas être séduits?
      Bon week-end Alba.

      Supprimer
  15. Superbe chanson ! très "dolor para morir, corazon, matar, nada, madre" des mots forts pour se terminer par un "nunca mas" définitif !! Merci pour ton rire, j'aime aussi le commentaire d'Euterpe et ce chapelet rouge avec ses petites roses argentées est absolument magnifique. Merci, merci, merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir MH, oui, ce nunca más ne laisse aucune porte ouverte.
      Cette chanson un peu kitsch rejoint en quelque sorte les photos du billet précédent, tu ne trouves pas?
      beau dimanche à toi, un beso.

      Supprimer
  16. Oh, je vois ce que tu veux dire... Oui ça a un côté excessif et comique maintenant mais je comprends ce qu'elle veut dire. C'est finalement très intense et fier.

    Etre trompée, c'est une chose. Abandonnée est inhumain - je ne parle pas de "quittée" mais pas abandonnée, laissée à sa vie comme si elle n'avait jamais rien construit avec "l'infidèle". Je pense que la femme trompée et quittée doit pouvoir garder, si elle le désire, un contact d'aide et d'un certaine compagnonnage avec l'époux parti... Sinon c'est vraiment l'abandon!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup la distinction que tu fais entre quitter / abandonner.
      Ici il semble qu'elle ait été trompée et décide qu'elle ne veut plus aucun contact avec lui qui "feint" la fidélité...enfin je le comprends comme ça.

      Sinon, oui, ce sont l'excès et l'objet fétiche qui me faisaient rire...à la stupeur de Bautista qui ne voyait pas du tout pourquoi...mais comme je suis "étrangère" ça passait!

      Supprimer
  17. Oh, c'est très savoureux ce "Rends-moi le chapelet de ma mère"
    Comme si ces petits grains de prière pouvaient accompagner ce qui reste de la vie quand l'être aimé est parti.
    Comme si ces petits grains pouvaient germer, devenir des fleurs nouvelles ... Je comprends ta secousse de rire, mais l'être humain a besoin de se raccrocher parfois à ... une humble présence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que c'est joli ce que tu écris Lily, grand merci pour ces espoirs de fleurs.

      Supprimer
  18. J'ai cherché les mots pour parler de cette "diva" de la chanson espagnole. Faut dire que monopole 'du ridicule' des textes n'existait pas à l'époque plus qu'aujourd'hui. On trouvait le même genre au Portugal, en France et dans beaucoup de chansons anglaises.
    L'amour et sa désespérance a toujours alimenté paroliers et à toujours fait vendre et émue une classe sociale majoritairement pauvre que n'avait que la radio pour seule distraction.
    Ceci dit il y avait tout de même une certaine vénération pour ces voix devenu mythiques et qu'on écoutait davantage que les textes qu'elles chantaient, juste parce que leurs voix étaient devenus tellement famillières qu'elles avaient le don de caresser l'âme du peuple.
    Je garde de ma tendre enfance l'image des gens dans le quartier de mon enfance demander silence en criant "Silêncio, a Amália via cantar o fado" lorsque la radio passait une de ces chansons. Et cette religiosité a disparu. Et elle était belle. D'une beauté qui m'émeut encore. Quand j'y pense.

    PS: Claro Colo que comprendo o espanhol. Beijinhos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison ArRi, suffit de voir l'engouement pour Julio Iglesias, non?
      Oui, mon compagnon me dit que la vie s'arrêtait pour "regarder" la radio, et la voix de "la diva" m'émeut beaucoup bien que je ne sois pas née ici.

      PS: otro besito para ti Ar...

      Supprimer
  19. Euterpe m'a proposé ton billet et ton choix musical pour la radio de l'été des blogueurs, je ne connaissait pas, je découvre et j'y trouve un esprit un peu désuet, c'est joli...

    Je l'ajoute donc au player de la radio http://lolobobo.fr/index.php?post/2012/07/08/01-des-blogueurs-dans-la-radio

    RépondreSupprimer
  20. Merci Lolobobo, j'irai voir cela dès que possible!

    RépondreSupprimer